L’enseignement de l’histoire

Si on se réfère au découpage scolaire, Martin et Joanne se trouvent tous deux dans le cycle 2, appelé cycle des apprentissages fondamentaux (l’un au niveau CE2, l’autre à cheval sur le CP et le CE1). Depuis la rentrée 2016, l’histoire n’est plus au programme de ce cycle, qui enseigne comment se situer dans le temps, mais ne va pas plus loin.

Voici la publication du gouvernement sur les horaires et programmes des différents cycles : clic!

A titre d’information, voici les supports disponibles pour les enseignants des cycles 2 et 3 pour aborder ces sujets :

J’ai fait le choix de commencer l’enseignement proprement dit de l’histoire dès le niveau CE2. Je pense voir l’ensemble du programme en 3 ans, et le reprendre au niveau collège pour l’approfondir et en voir d’autres aspects. Il me semble en effet plus naturel de travailler de façon chronologique (pourquoi voir la naissance de l’humanité en fin de cycle???) que par thèmes, puisque l’histoire se construit à partir de ce qui était là avant. Les liens de cause-conséquence sont plus évidents et le développement des idées et techniques suit une progression logique. Je n’apprécie pas non plus le côté très « anecdotique » : regardons ce qui se passe dans ce pays à cette époque, et surtout rien d’autre.

Après les bases posées en CP et CE1 sur le temps et notre rapport à lui, sur les notions de longévité, de générations, et l’apprentissage de termes tels que « siècle », « histoire », « préhistoire », nous abordons au début du niveau CE2 le programme qui était jusque 2015 enseigné sur les trois ans de CE2, CM1 et CM2.

Nous avons choisi comme support principal le manuel d’histoire de la Librairie des Ecoles, que vous pouvez feuilleter ici.

Nous suivrons la progression proposée, à savoir :

  • 30 leçons pour le CE2 (couvrant la préhistoire, l’Antiquité, et une partie des leçons sur le Moyen-Âge)
  • 34 leçons pour le CM1 (couvrant le reste des leçons sur le Moyen-Âge et les temps modernes)
  • 29 leçons en CM2 (couvrant la Révolution française, le XIXe siècle, le XXe siècle et la période contemporaine)

J’apprécie beaucoup le manuel en question, pour diverses raisons, que je me permets de développer un peu. 🙂

  1. Le texte est bien écrit. Cela peut paraître superflu, mais je trouve que les manuels qui présentent surtout des documents iconographiques à peine mis en page, privilégient les titres colorés et les petites légendes ou encadrés desquels on est censé retirer l’essentiel du savoir sont des prémâchés insipides qui me tombent des mains. Ici, on nous raconte l’histoire, et, outre les belles tournures ou le vocabulaire ainsi appris, l’auteur (Philippe Nemo) nous donne envie de creuser, d’en apprendre plus.
  2. Les illustrations servent le texte. Elles sont variées (dessins, cartes, photos) et de bonne qualité, mais surtout, elles ne se substituent pas au texte, elles l’enrichissent.
  3. L’ouverture sur le monde. Le programme comporte un certain nombre de leçons qui n’appartiennent pas au programme de façon explicite, mais permettent une ouverture sur certaines périodes ou sur l’histoire de certains pays ou continents. Par exemple, on explore largement l’Antiquité, on s’intéresse aux pays d’Europe au Moyen-Âge, on étudie les temps modernes sur les continents asiatique et africain.
  4. Le lien est fait avec l’histoire des arts. Des notes renvoient au manuel d’histoire des arts (consultable ici), permettant d’ancrer les explorations artistiques au sein d’une période que les enfants identifient facilement.

Pour résumer, je n’ai pas l’impression de « survoler » le programme pour mieux y revenir plus tard, ni de me perdre dans des thématiques empesées. Je pense que ce que nous aurons vu au cours de ces 3 ans posera des bases solides pour un apprentissage cohérent et constructif de ce qu’est l’histoire.

fresco-1566939_1920

Publicités

2 réflexions sur “L’enseignement de l’histoire

  1. Je viens de découvrir votre blog !
    En histoire, Cette année, en Ce2, j’ai choisi d’enseigner L’histoire de France ( avec le manuel d’histoire de France de la Librairie des écoles entre autre ) et l’histoire du monde avec le manuel d’histoire du monde et histoire de l’art.
    (Dans un autre registre, j’utilise aussi les manuels Excelsis sur le chemin et En route)

    Aimé par 1 personne

    • Bienvenue Véronique ! 🙂
      Je vois que nous avons plusieurs points communs. 😉
      J’ai aussi acheté le manuel d’histoire de France, mais dans l’optique de le laisser en libre accès, pour que mon fils puisse se l’approprier, le feuilleter comme il le souhaite, et avoir quelques repères. L’idée est aussi qu’il se familiarise avec les grandes figures de notre histoire, qu’il puisse s’y attacher, les apprivoiser à son rythme.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s