L’apprentissage de la lecture

C’est un des grands défis des familles qui n’ont jamais scolarisé, et l’une des questions que se posent en premier les parents qui souhaitent ne pas envoyer leur enfant à l’école : quelle est la meilleure méthode pour lui apprendre à lire ?

J’ai toujours pensé que rien ne valait une méthode purement syllabique. Je reste convaincue que si une méthode semi-globale peut tout à fait convenir pour la plupart des enfants, et qu’elle peut être agréable à suivre en CP pour un élève qui maîtrise déjà la lecture ou ses rudiments, elle peut entraîner de gros dégâts pour un enfant avec des difficultés (dyslexie, notamment). Le problème de ces méthodes est bien souvent qu’elles « cachent » les problèmes, par la mise en place de stratégies de compensation (on reconnaît la forme générale des mots, ou leur longueur, ou l’initiale au lieu de lire véritablement). Lorsque l’on s’aperçoit que l’enfant devine plus qu’il ne lit, on a déjà perdu un temps précieux…

En IEF, on a le temps d’accompagner, de « tester » la lecture réelle, de se rendre compte des lacunes ou des dites stratégies, et on peut plus facilement y remédier. Cependant, je considère que l’on prend moins de risques avec une méthode syllabique pure.

Les supports ne manquent pas dans ce domaine, et c’est à vous de choisir la présentation qui vous convient et qui plaît à votre enfant : méthode Boscher (qui est est aussi une méthode de calcul et d’écriture), Léo et Léa, Mico, mon petit ours, Taoki, méthode Delile, etc. De nombreux éditeurs ont leur propre livret (Hatier, Hachette, Librairie des écoles), il n’y a qu’à fureter un peu pour trouver.

Il existe d’autres méthodes, par exemple les Alphas, la méthode Borel-Maisonny (qui utilise le geste et le canal visuel), la méthode Jean-qui-rit (gestuelle elle aussi), à vous de choisir. Chacune a ses bons côtés et son charme propre, c’est une affaire de goût et d’affinités.

EDIT : Je viens de tomber sur ce blog, qui propose des livrets téléchargeables, qui ne suffisent pas pour l’apprentissage, mais qui peuvent servir de support parallèle. 🙂

Remarque : je n’ai pas parlé des ouvrages du SLECC (Savoir Lire, Ecrire, Compter, Calculer), aux éditions du GRIP. Ces ouvrages sont vraiment bien pensés, et vous pouvez les feuilleter sur le site pour vous faire une idée. Vous y trouverez des manuels de lecture et de mathématiques, notamment.

Chez nous, l’apprentissage a été un peu moins conventionnel.

Martin a très tôt été intéressé par le nom des lettres. A 18 mois, il les connaissait presque toutes. J’ai acheté à cette époque un puzzle alphabet en bois, qu’il a beaucoup manipulé. S’il parvenait à écrire son prénom, ou celui de sa sœur, il le faisait simplement en mémorisant la succession des lettres.

Après avoir mémorisé les lettres avec leur nom, nous avons expliqué le « bruit » des lettres : le A fait « a », le B fait « beu », etc. C’est le moment de remarquer notamment que les voyelles font le bruit de leur nom, alors que les consonnes non.

Il a mis du temps à acquérir la combinatoire, c’est-à-dire à comprendre que B et A assemblés ne se lisent pas « B.A », ni « Beu.A », mais bien « BA ».

Le déclic est venu je ne sais comment, au bout de longs mois. Nous avons continué les manipulations avec des lettres magnétiques, avec lesquelles Martin a très rapidement écrit ses premiers mots.

Si j’avais à l’époque connu ce manuel, je me le serais procuré (possibilité de le feuilleter ici) :

 lbmlcpsmall

Ce manuel, édité par la Librairie des Ecoles, s’appuie sur la méthode Cuissart, qui est une méthode qui allie lecture et écriture. Pour en savoir plus, vous pouvez lire ici. Bon, avec le recul et vu les difficultés d’écriture de Martin, j’ai bien fait de passer par un autre support.

J’ai réalisé mes propres fiches, reprenant chaque lettre, d’abord en majuscules et minuscules d’imprimerie (utilisées au niveau GS), puis en minuscules d’imprimerie et cursives (niveau CP). J’ai fait ce choix en m’appuyant sur le fait que nos enfants sont principalement au contact de majuscules d’imprimerie (puzzle, enseignes, titres de livres, lettres du clavier de l’ordinateur…).

Je vais mettre en ligne ces fiches, que vous pourrez utiliser comme support si vous le souhaitez. Cependant, il ne faut pas perdre de vue que lorsque mes enfants ont eu ces fiches en main, ils connaissaient déjà les lettres et au moins une partie des sons qui y sont attachés.

Les 25 fiches de GS présentent les lettres en majuscules d’imprimerie (avec rappel de la lettre minuscule correspondante).

  • les 7 fiches des voyelles : on demande à l’enfant de nommer la lettre, et de faire son bruit. L’enfant colorie les dessins où il entend le son en question (attention : si le mot comporte la lettre, mais qu’elle ne s’entend pas, on ne colorie pas, l’idée est d’identifier le phonème – le son – et non la lettre elle-même). La seconde partie de l’exercice est d’entourer la lettre dans des mots, de la reconnaître, de la différencier d’autres qui peuvent lui ressembler.
  • les 19 fiches des consonnes : j’ai affiné un peu les exercices, et rien ne vous empêche de reprendre les premières fiches pour les améliorer suivant ce modèle ! La fiche est en 3 parties : le coloriage des dessins pour lesquels on entend le son de la lettre, l’identification des lettres en majuscules au sein de mots, et l’identification des lettres en minuscules au sein de mots.

Remarques :  

  • le « y », semi-consonne, est classé parmi les consonnes.
  • pour ce niveau, j’associe le son [k] à la lettre « c », comme dans « camion ».
  • pour certaines fiches (comme celle du « k »), j’ai trouvé plus efficace d’écrire les mots et de ne demander de colorier que les mots où la lettre est effectivement présente.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s