Réflexion sur l’inclusion à l’école

Vendredi 6 avril, le Premier Ministre, Edouard Philippe et la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel,  ont présenté le plan autisme pour 2018-2022.

Le texte officiel est téléchargeable ici : clic.

Ce plan s’articule autour de 5 engagements principaux (renforcer la recherche et les formations, mettre en place les interventions précoces prescrites par les recommandations de bonnes pratiques, garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes, favoriser l’inclusion des adultes, soutenir les familles).

Evidemment, c’est sur le troisième engagement (garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes) que je souhaite revenir.

 

Voici le texte de l’engagement n°3 :

ENGAGEMENT N°3
Rattraper notre retard en matière de scolarisation
9 – Scolariser en maternelle tous les enfants autistes :
• Faciliter la scolarisation à l’école maternelle ordinaire, en faisant intervenir en classe des équipes médico-sociales ou libérales, en soutien aux équipes pédagogiques.
• Tripler le nombre d’unités d’enseignement maternel autisme (UEMa) afin de scolariser tous les enfants à 3 ans y compris ceux présentant des troubles plus sévères.
10 – Garantir à chaque enfant un parcours scolaire fluide et adapté à ses besoins, de l’école élémentaire au lycée :
• Accélérer le plan de conversion des AVS (auxiliaires de vie scolaire), recrutés en contrat de courte durée en AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap), afin de permettre aux enfants suivant une scolarité ordinaire de bénéficier d’accompagnants plus pérennes et plus professionnels.
• Augmenter le nombre d’élèves atteint de troubles du spectre de l’autisme (TSA) scolarisés en Unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) en élémentaire, au collège et en lycée professionnel.
• Redéployer l’offre d’éducation spécialisée au sein de l’école et créer des unités d’enseignement en élémentaire dédiés à la scolarisation de jeunes élèves avec TSA requérant un appui médico-social soutenu.
11 – Former et accompagner dans leur classe les enseignants
accueillant des élèves autistes :
• Renforcer les équipes ressources départementales par 100 enseignants spécialisés sur l’autisme (1 par département) : ces professeurs spécialisés interviendront sur place, auprès des équipes pédagogiques et des enseignants accueillant dans leurs classes des enfants autistes.
• Développer des actions d’information et sensibilisation à destination des professionnels intervenant dans le parcours scolaire de l’enfant (accompagnants, enseignants et enseignants spécialisés, médecins et psychologues scolaires…).
12 – Garantir l’accès des jeunes qui le souhaitent à l’enseignement supérieur :
• Faciliter l’accès à l’enseignement supérieur, au travers du nouveau processus Parcoursup, par la construction d’un parcours scolaire adapté et l’amélioration des accompagnements au sein de l’université.

On estime aujourd’hui que 700 000 personnes en France sont autistes, dont 100 000 jeunes de moins de 20 ans (il naît environ 7 500 enfants autistes par an). Cependant, une certaine part de ces enfants ne recevra de diagnostic, ou le recevra tardivement, particulièrement les filles, chez qui les traits sont légèrement différents et moins bien connus.

La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République du 8 juillet 2013 consacrait le principe d’inclusion scolaire.

Le plan souligne à de nombreuses reprises que tous les enfants autistes doivent pouvoir être scolarisés, tout en mettant l’accent au fil du texte sur la liberté qui doit être accordée aux autistes et à leurs familles de choisir pour eux-mêmes ce qui leur convient.

J’avoue que je crains un peu que la volonté d’inclusion ne se mue à terme en injonction de scolarisation, « pour le bien de l’enfant », « pour son inclusion dans la société ».

Evidemment, je trouve tout à fait normal et souhaitable que chaque enfant/jeune qui souhaite intégrer l’école (que ce soit une école ordinaire ou spécialisée) puisse le faire. Je trouve aussi capital que des filières soient ouvertes aux autistes qui désirent suivre des études, se former à un métier.

La formation des personnels enseignants et des cadres de l’Education est aussi un point essentiel. En classe comme en IEF, avoir affaire à des inspecteurs ou conseillers au fait de ce qu’est l’autisme est capital (nous avons d’ailleurs fortement apprécié d’avoir lors de notre inspection des personnes formées et qui savaient clairement de quoi il retournait). Il faut aussi que les élèves ou étudiants puissent obtenir de l’aide facilement (AVS, aménagements…). Par ailleurs, il faudra réfléchir à l’adaptation de l’environnement aux enfants autistes, ne serait-ce que pour prendre en compte leurs particularités sensorielles.

Mais qu’en est-il de la liberté de choix d’instruction pour les familles ayant un ou plusieurs enfants autistes et qui souhaitent pratiquer l’IEF ? Leur choix sera-t-il respecté?

child-830988_1920

 

Quand on voit que même au sein du Ministère, la confusion règne sur l’emploi des termes « scolarisation », « instruction » (ce qui donne lieu à des déclarations du type « la scolarisation est obligatoire de 6 à 16 ans »), je pense que la vigilance sur ce sujet s’impose.

Notre choix de l’IEF est antérieur au diagnostic de notre fils, et son autisme n’est pas la cause de sa non-scolarisation. Pour preuve : nous pratiquons l’IEF avec tous nos enfants. Je reste convaincue que l’IEF est la meilleure voie pour nos enfants, et que c’est une réponse réellement appropriée pour les enfants et les jeunes autistes.

Je ne peux qu’espérer que notre liberté d’instruction sera respectée, et qu’on ne cherchera pas à « inclure » à n’importe quel prix, en refusant de prendre en compte les particularités et souhaits de chacun.

Publicités

2 réflexions sur “Réflexion sur l’inclusion à l’école

  1. oui c’est inquiétant si la législation commence à faire l’amalgame entre instruction et scolarisation. J’espère que c’est vraiment une erreur due à l’incompétence, et non pas délibérer pour faire passer en douce une scolarisation forcée. J’essaie très fort de ne pas tomber dans les théories de totalitarisme mais franchement il y a des détails qui n’aident pas.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s