Observation : d’autres pistes !

Suite à mon récent article sur les joies de l’observation (clic), je vous partage LA découverte du jour : le site internet « Explore », qui regroupe de nombreuses caméras filmant divers animaux. Le lien :clic.

Beaucoup d’entre eux sont observables en direct, et il y en a pour tous les goûts : des ours (bruns, polaires, pandas…), des poissons et animaux marins (dauphins, poissons tropicaux, lamantins…), des oiseaux (rapaces diurnes et nocturnes, macareux, manchots…), des félins, des insectes…

Certaines caméras sont posées en pleine nature, d’autres dans des parcs protégés, d’autres encore dans des aquariums ou des parcs animaliers.

Outre les « directs », on trouve sur le site des extraits d’enregistrements reprenant les moments particulièrement intéressants.

Le site est en anglais, mais même si vous ne maîtrisez pas cette langue il est facile de naviguer et de trouver la vidéo qui peut vous intéresser.

Ici, les enfants ont déjà pu jeter un œil sur des hiboux du Montana, des alligators de Floride, des gorilles (entraperçus), et des loutres de mer.

J’espère que vous passerez vous aussi de bons moments à observer ces animaux, spécialement ceux que l’on peut admirer en pleine nature.

Les joies de l’observation

Comme l’an dernier, nous passons une partie de notre journée à observer des oiseaux qui nichent : un couple de faucons pèlerins, à retrouver ici, et un couple de balbuzards pêcheurs, .

Nous les observons grâce à des caméras posées près de leurs nids, qui sont situés dans le Loiret.

Les 4 bébés faucons ont vu le jour le 7 avril, et on peut observer les parents qui les nourrissent à de nombreuses reprises chaque jour.

A noter : il est possible de prendre des photos en direct, et même de les envoyer aux bénévoles pour participer au comptage et à l’identification des proies, voire simplement pour partager un joli cliché.

Voici une photo prise hier, où l’on peut voir l’un des parents nourrir les petits.

SnapShot-20200407_190600

Du côté des balbuzards, on est en période de ponte, il y a déjà un œuf, et la mère devrait pondre à nouveau très bientôt. On a suivi la réfection du nid, on a observé plusieurs fois les repas du couple, qui pêche puis vient manger vers le nid. Un micro permet aussi d’entendre les oiseaux alentours, qui sont identifiés en temps réel par un logiciel de reconnaissance, ce qui nous donne l’occasion d’essayer d’en retenir quelques uns…

Les enfants sont très intéressés par ces observations (on laisse tourner les images, et ils observent au cours de la journée, parfois quelques minutes, parfois plus longtemps). L’an dernier, nous avions commencé à observer plus tardivement, mais nous avions déjà apprécié de pouvoir assister à la croissance des petits faucons, à leurs repas, et ensuite à leurs premiers envols.

Je pensais que l’expérience deviendrait peut-être lassante, mais il faut avouer que c’est passionnant (certes, nous apprécions les oiseaux à la base, mais je pense que tout le monde peut se prendre au jeu). Avoir la chance de pouvoir assister à des scènes qui nous seraient inaccessibles sans ces caméras suscite un grand intérêt chez les enfants (et les parents). Il n’est pas rare qu’ils me réclament dans la journée de pouvoir observer les uns et les autres, et font preuve d’une grande patience lorsqu’il s’agit d’attendre le retour de chasse ou de pêche, ou de pouvoir apercevoir un œuf ou un petit…

Bien sûr, ces observations ne sont pas les seules que nous pratiquons : nous avons toujours passé pas mal de temps à regarder vivre, se déplacer ou se nourrir les animaux que nous croisions, et nous avons essayé dès leur jeune âge d’attirer l’attention de nos enfants sur les oiseaux, insectes, petits mammifères, que nous pouvions rencontrer lors de nos sorties.

Depuis que nous avons la chance d’avoir un jardin, ces temps d’observation sont devenus plus nombreux et les enfants font leurs propres découvertes (surtout ces temps-ci, avec le retour du soleil et des fleurs). Nous avons la chance d’avoir des arbres, et une forêt à deux pas (littéralement), ce qui nous permet d’observer de très nombreux oiseaux, mais aussi des écureuils. Insectes, escargots, chauve-souris, araignées, les occasions sont nombreuses de regarder et d’apprendre.

Nous disposons de plusieurs livres qui nous permettent d’identifier les espèces observées, de les différencier : cela leur donne l’occasion de pouvoir repérer les petits détails morphologiques, les nuances, et de nommer précisément ce qu’ils voient. Cette identification est précieuse, elle permet de travailler aussi bien l’attention que la mémoire, de comprendre comment mener une observation et une recherche documentaire.

child-1431616_1920

Nous profitons aussi de cet intérêt pour travailler le dessin et le schéma, et quelques notions de composition d’image en photographie (cadre, netteté, plans), selon le support choisi pour garder une trace de l’observation.

Enfin, nous mettons en relation les animaux observés avec leur environnement, et abordons les notions de régime alimentaire, d’écosystème, de chaîne ou réseau alimentaire, de protection des espèces et de l’environnement…

Comme vous le voyez, ces observations sont très riches, et nous voyons vraiment l’intérêt des enfants qui sont demandeurs de ces moments, mais aussi d’informations complémentaires, qui sont en général fournies par des livres, des documentaires, des magazines, et quelques épisodes de « C’est pas sorcier ! ». Dans cette perspective, nous avons aussi hâte de pouvoir nous rendre à nouveau aux visites et rencontres organisées par la réserve de La Bassée, toujours très intéressantes et menées par des guides très pédagogues (voir ici).

J’espère que les liens vers « nos » oiseaux pourront vous apporter de jolis moments d’observation !

 

EDIT : Merci à Claire de m’avoir signalé ce lien (clic), où vous pouvez observer un nid de cigogne. 🙂

 

Activités de printemps

Le printemps est là, ça n’aura échappé à personne, et cela ouvre la porte à des activités différentes, plus de plein air, l’occasion d’observer la nature, de jardiner, de cuisiner, de lire aussi…

Un article saisonnier, qui s’enrichira chaque année avec de nouvelles idées et de nouveaux liens.

  • Jardinage – vie des végétaux

C’est le moment d’acheter des graines ou de jeunes pousses, et de s’interroger sur la germination, la croissance des plantes, la floraison…

Pour explorer ces activités, je vous conseille :

Jardinons à l’école : des conseils pour le jardinage, des activités et supports gratuits

Animations du réseau Canopé : des ressources très complètes et variées, et ici de courts films expliquant les besoins des plantes, leur croissance, etc. Fouillez, c’est une mine !

France tv éducation : d’autres ressources vidéo pour faire la lumière sur la floraison, la croissance des feuilles, le cycle de vie des plantes… Là encore, il faut fouiller un peu. 😉

– le site de Lutin Bazar : des idées pour les plantations, l’observation, les expériences scientifiques… (germination et croissance, des documentaires sur les végétaux,

ressources sur les végétaux : croissance, nutrition, herbier, activités…

– le site de Bout de Gomme : jardinage, petites bêtes du jardin, etc.

– le site La classe de Corinne : des fiches sur la croissance des graines, les plantes à bulbes…

 

  • Poésies

Il suffit de taper « poésie printemps » dans votre moteur de recherche pour trouver votre bonheur.

Voici nos préférés :

Le bourgeon (Claude Géraldy)

Au printemps (Théophile Gauthier)

Le printemps (Charles d’Orléans)

Le printemps (Claude Roy)

Printemps (extrait) (Paul Eluard)

Printemps (Raymond Richard)

 

  • Observation des animaux

– observation des oiseaux migrateurs qui reviennent du Sud

– sortie dans les réserves naturelles : renseignez-vous, ils ont souvent un programme et des visites gratuites organisées pour observer la faune et la flore.

– si vous vivez près d’une mare ou d’un étang : sortez en mars et avril au crépuscule pour écouter et observer les grenouilles et crapauds.

– Sortez et écoutez les oiseaux. Pour apprendre à les reconnaître, suivez ce lien : chants d’oiseaux. Pour en savoir plus sur les oiseaux, je vous conseille le site de la LPO (voyez aussi si des manifestations sont organisées près de chez vous), ainsi que le site Oiseaux.net.

– c’est le moment où les animaux des parcs, fermes, ont des petits : renseignez-vous autour de chez vous, et allez les voir.

– allez dans n’importe quel coin de nature, si petit soit-il, avec une loupe, et cherchez les insectes. Abeilles, mouches, fourmis, moustiques, scarabées, leur activité est incessante.

– après la pluie, sortez à la recherche des vers de terre et escargots.

– pourquoi ne pas entamer un élevage d’escargots, de coccinelles, ou de chenilles ?

 

  • Observer la nature et le ciel

– Le printemps est un moment privilégié pour observer le ciel nocturne, car le soir tombe assez tôt. Rapprochez-vous de l’association d’astronomie locale, elle organise sans doute des soirées de découverte et d’initiation.

– A la tombée de la nuit, vous pouvez regarder passer l’ISS, à l’aide d’applications comme ISS Detector, ou ce site (en anglais) : Spot the Station.

– Observez les nuages, le ciel est très changeant au printemps et permet souvent de voir des nuages différents en même temps et de les comparer. Pour vous aider : reconnaître les nuages (super ressource), observer les nuages (observation et fiche pédagogique), une séance mêlant observation et découverte de l’anglais (fiche), cloud atlas (en anglais). Il existe aussi une application Cumulus & co (que je n’ai pas testée), et le Guide du chasseur de nuages, ouvrage de passionné. Pour une première approche, ces 4 liens : 1, 2, 3, 4.

– Aller dans la forêt, la campagne, avec un carnet et dessiner ce que l’on voit : une fleur, un bourgeon, un nid…

– Aller se promener et essayer de reconnaître les fleurs sauvages, les arbres, arbustes…

 

  • Cuisine

– Faites pousser des légumes. Si vous n’avez pas beaucoup de place, plantez des graines de radis, ou de petites salades dans une jardinière. Vous pouvez aussi planter des fraisiers.

– Si vraiment vous n’avez pas de place, vous pouvez faire pousser des plantes aromatiques pour agrémenter vos plats, de la menthe pour faire du thé…

– Allez vous promener dans un endroit peu exposé au passage et ramassez des pissenlits : on peut en consommer les feuilles en salade, mais on peut aussi manger les fleurs (simplement cueillies, ou pourquoi pas dans une salade, ça met de la couleur). Vous pouvez aussi manger les capucines, les violettes, les pensées et même les pâquerettes… On peut aussi consommer les fleurs de certaines plantes ou de certains arbres. Pour en savoir plus : le site Papilles et pupilles, le blog On adore ça! (une mine, fouillez, passez-y du temps, c’est un bonheur), le site Au jardin, ou le site Les fruits et légumes frais.

– Allez au marché et achetez quelques légumes frais : petits pois à écosser, jeunes carottes, radis, salade, haricots verts… Les enfants aiment choisir un légume, le préparer, et le savourer ensuite.

  • Lectures enfants

– « Ça pousse comment ? » de Gerda Muller (clic)

– « Spring » (en anglais) de Gerda Muller (clic)

– « Le livre du printemps » de Susanne Berner (clic)

– « Et puis c’est le printemps » de Julie Fogliano (clic)

– « Le printemps des écureuils » de Kazuo Iwamura (clic)

– « C’est toi le printemps ? » de Chiaki et Ko Okada (clic)

– « Devine combien je t’aime – Au printemps » de Sam McBratney (clic)

– « Dix petites graines » de Ruth Brown (clic)

– « La maison des animaux » d’Anna Milbourne (clic)

– « La nature – Mon grand livre illustré » de Minna Lacey (clic)

 

  • Lectures ados – adultes

– « J’ai vu une fleur sauvage » d’Hubert Reeves (clic)

 

  • Livres et carnets d’activités

– « Le printemps » de Géraldine Cosneau (clic)

– « La nature » (autocollants) (clic)

– « La nature » (autocollants, pour les plus petits) (clic)

– « Le manuel du jeune aventurier » de Claude Lux (clic)

EXO-ISS (1) : des expériences scientifiques sur Terre et dans l’espace

Si vous avez lu mes précédents articles, vous savez déjà que nous avions postulé il y a quelques semaines pour participer à l’opération EXO-ISS. Je propose de vous en dire un peu plus et de vous faire vivre cette aventure au travers d’une série d’articles.

EXO-ISS, c’est quoi ?

A bord de l’ISS, l’astronaute Thomas Pesquet doit mettre en oeuvre au cours de sa mission (baptisée Proxima) diverses expérimentations, dont les résultats sont analysés au sol, puis utilisés dans des programmes variés (physique, médecine, sécurité, agronomie, etc). Ces expériences sont réalisées pour l’ESA, l’Agence Spatiale Européenne (oui, c’est notre NASA à nous !).

Le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) est l’organisme qui met en oeuvre la politique spatiale française. Son service Education Jeunesse a lancé un appel à projets début 2015 auprès des lycées français : imaginer une expérience qui permette de comprendre l’influence de la micropesanteur. 3 expériences, fruit du travail de 5 lycées, avec le CADMOS ( Centre d’Aide au Développement des Activités en Micropesanteur et des Opérations Spatiales) ont été retenues et embarquées à bord de l’ISS, afin d’être réalisées par Thomas Pesquet.

Le projet ne s’arrête pas là, puisque le CNES a réalisé et distribué auprès de 1300 établissements scolaires des kit permettant de réaliser ces mêmes expériences, dans le but d’en comparer les résultats avec ceux obtenus à bord.

En tant que famille en IEF, j’ai demandé à recevoir ce kit, imitée par d’autres familles. Nous sommes plusieurs familles à avoir eu la chance d’être retenues pour participer à ce projet.

Le kit

Nous avons reçu notre kit envoyé par le CNES, et découvert les boîtes contenant le matériel nécessaire à chaque expérience. Nous avons retrouvé la conception « minimaliste » et l’économie de place qui est de rigueur pour tout ce qui voyage dans l’espace. 🙂

prx_kit_exo_iss

 

Les expériences

3 thématiques sont explorées.

  • CERES vise à étudier la croissance des plantes
  • crISStal s’intéresse à la croissance des cristaux
  • catlISS examine la réaction enzymatique en jeu dans la digestion

Pour en savoir plus sur ces expériences et le travail réalisé par les lycéens pour les mettre au point, je vous conseille cette vidéo : clic. Vous pouvez également trouver des informations sur les expériences sur cette page du site du CNES.

Le protocole expérimental nous est expliqué par des documents fournis par le CNES. Des idées pour réaliser d’autres expériences sur les mêmes thèmes pour compléter les connaissances et l’exploration de ces domaines se trouvent aussi dans ces documents.

On trouve des expériences s’adressant aux 8-12 ans et aux 12-15 ans, avec des niveaux de difficulté et de connaissances préalables variables.

La mise en oeuvre des expériences va en fait permettre aux enfants de se familiariser avec la démarche scientifique, ainsi qu’avec son vocabulaire, autant qu’avec les domaines étudiés.

L’idée était de réaliser en parallèle les expériences dans l’ISS et sur Terre, mais pour notre part, nous n’avons reçu le kit que le 22 mars (hier), donc nous ferons l’expérience avec un léger décalage.

 

La mise en oeuvre

Une vidéo de lancement a été réalisée par Thomas Pesquet, et diffusée le 20 mars. Voir les yeux ronds des enfants, à la fois impressionnés et ravis, devant leur astronaute préféré s’adressant directement « à eux » était un grand moment.

Nous allons commencer la mise en place des expériences CERES et crISStal dès aujourd’hui.

Vous pourrez suivre l’évolution de nos expérimentations sur ce blog, et je vous invite à jeter un oeil au site du CNES qui propose lui aussi un suivi des expériences dans l’ISS et sur Terre (en bas de page). 🙂

prx_logo_exo_iss

 

En attendant, nous nous préparons déjà à suivre demain la seconde EVA (sortie extra-véhiculaire) de Thomas Pesquet, rediffusée en direct, bien sûr. 🙂

Cette sortie de Thomas Pesquet et Shane Kimbrough est à suivre à partir de 13 heures (heure française), et durera environ 6h30.

C’est à suivre ici, et je vous recommande vraiment d’essayer d’être là un peu avant l’heure prévue, pour suivre la fin de la préparation des astronautes, et surtout le moment très émouvant et impressionnant où ils sortent dans l’espace. 😉

 

 

 

La tête dans les étoiles

Cette année, comme vous le savez, nous portons une attention toute particulière à l’ISS (Station Spatiale Internationale) et à l’un de ses occupants pour quelques mois, l’astronaute français Thomas Pesquet (à ce sujet, voir cet article).

Nous avons suivi avec émotion son décollage, nous nous régalons presque quotidiennement de ses photos, des informations qu’il poste à propos de son travail ou de la vie à bord. Je vous conseille sa page Facebook, c’est un merveilleux voyage…

Vendredi dernier, le 6 janvier, nous avons passé plusieurs heures à observer la sortie dans l’espace des collègues américains de Thomas, Shane Kimbrough, commandant de l’ISS, et Peggy Whitson, qui effectuait sa septième sortie (elle a déjà séjourné deux fois à bord de l’ISS, et l’a même commandée), et totalise environ 183 heures de sortie (elle est désormais à égalité comme femme ayant passé le plus de temps en sortie extra véhiculaire). Elle est, de loin, la femme qui aura passé le plus de temps dans l’espace.

Ils ont effectué divers travaux de maintenance sur l’ISS, notamment la pose d’adaptateurs pour de nouvelles batteries.

Ce vendredi 13 janvier, c’est au tour de Thomas Pesquet (accompagné par Shane Kimbrough) d’effectuer une sortie, la première pour notre astronaute ! Ils vont continuer les travaux commencés la semaine dernière.

Pour des informations plus complètes sur cette sortie, je vous renvoie vers le blog de Thomas Pesquet : ici!

15826424_552224108320400_7221644252337603755_n

Sur cette photo, on voit bien les caméras qui nous permettent de voir en plan subjectif (c’est-à-dire comme si on se trouvait à la place de l’astronaute) le travail effectué, et aussi le paysage… en l’occurrence, l’ISS, l’espace, et la Terre.

Bien sûr, cette sortie sera intégralement retransmise en direct par la NASA. L’occasion de voir comment on s’équipe pour une sortie extra véhiculaire, d’entendre beaucoup d’anglais, de vivre un petit bout de la vie des astronautes en direct (les entendre échanger et rire en bidouillant la Station, à 400 km au-dessus de nos têtes, et à 28 000 km/h est à la fois émouvant et assez surprenant), et de se rendre compte de la masse d’informations techniques et de gestes que les aspirants astronautes doivent apprendre à maîtriser avant de s’envoler…

« Suivez notre sortie dans l’espace (« EVA ») ce vendredi via NASA TV, retransmis sur cette page. Le direct commencera à 11h30 CET (heure de Paris) (c’est-à-dire 10h30 GMT). Je sortirai avec Shane vers 13h05 CET pour échanger des batteries de la Station contre de nouvelles plus modernes et efficaces. L’opération devrait nous prendre environ 6h30. »

Voici le lien pour suivre la sortie (prévue à 13h, mais je vous conseille de vous brancher dès 11h30 pour suivre l’habillage et la préparation des deux astronautes, de même que je vous recommande le moment où ils regagnent la station, et où les collègues les libèrent de leurs EMU, c’est-à-dire « les scaphandres de sortie, véritables petits vaisseaux personnels avec tous les systèmes nécessaires à la survie et au travail dans l’espace », comme l’explique Thomas Pesquet) :

http://blogs.esa.int/thomas-pesquet/fr/2017/01/11/live-proxima-spacewalk/

Je précise que ce lien est celui de l’ESA, on aura donc droit à des commentaires en français, ce qui peut aider à comprendre un peu mieux ce que l’on regarde…

Et pour en apprendre davantage sur l’espace, je vous recommande de fureter sur le site site de l’ESA (Agence Spatiale Européenne), dans la section ESA-Kids, notamment. 😉

Bonne EVA à tous ! 🙂

Un petit tour dans l’espace…

Cette année, notre fil rouge est la France et ses régions.

Et cela tombe bien : un Français s’apprête à s’envoler dans quelques jours vers la Station Spatiale Internationale, l’ISS, à 400 km au-dessus de nos têtes. C’est exceptionnel, puisque ce ne sera que le dixième français dans l’espace depuis Jean-Loup Chrétien en 1982 !

Nous avons donc commencé à suivre avec les enfants la préparation de Thomas Pesquet, astronaute de 38 ans, Normand, et ancien pilote de ligne, qui partira du pas de tir de Baïkonour (Kazakhstan) le 15 novembre.

pesquet0_a_900x700-57f3

Ce sera son premier voyage dans l’espace, après 7 ans de formation et de préparation (dont 706 heures à apprendre à piloter le vaisseau Soyouz). C’est en 2014 qu’il apprend qu’il effectuera une mission de longue durée (5 mois environ) à bord de l’ISS. Cette mission porte le nom de « Proxima ». Outre le travail « de base » d’entretien de la Station, il mènera plus d’une cinquantaine d’expériences scientifiques dont les résultats serviront à améliorer notre compréhension de la biologie humaine, de la physique des matériaux, et à mesurer l’impact des vols spatiaux longs sur l’organisme.

Thomas Pesquet sera accompagné du Russe Oleg Novitski (qui a déjà passé 143 jours à bord de l’ISS) et de l’Américaine Peggy Whitson, astronaute chevronnée,  qui a déjà effectué deux séjours de 6 mois dans l’espace en tant que membre de l’équipage permanent de la Station spatiale internationale en 2002 et 2007/2008. Elle a été la première femme à commander un équipage de la station spatiale, et reste la femme ayant effectué le plus long séjour dans l’espace (376,5 jours).

Ces trois astronautes rejoindront l’expédition 50, qui a débuté le 30 septembre, quand le précédent commandant a passé le relais à Robert Kimbrough (USA) avant de quitter l’ISS. Les deux autres astronautes déjà présents sont Andreï Borissenko (Russie) et Sergueï Ryzhikov (Russie), qui effectue lui aussi sa première mission.

L’ISS abrite en permanence 3 à 6 astronautes. Ceux-ci y demeurent pour des missions de 3 à 6 mois, plus exceptionnellement pour des missions plus longues, comme celle de Scott Kelly, qui a passé un an à bord !

Nous avons déjà regardé avec les enfants plusieurs lancements de fusées en direct (sur la chaîne de la NASA, accessible en ligne), ainsi que le retour sur Terre de Scott Kelly, en mars 2016, découvert ce qu’était l’ISS, un Soyouz, un lanceur, l’alphabet cyrillique, et appris à situer Baïkonour et ses plaines désertiques sur un planisphère…

800px-soyuz_tma-3_launch

L’annonce du départ d’un astronaute français a été pour eux une véritable fête, et nous attendons son décollage avec impatience.

Voici la vidéo réalisée par le CNES (Centre National d’Etudes Spatiales) pour célébrer l’événement : https://www.youtube.com/watch?v=M-dc_eLO-GY

Nous espérons pouvoir suivre son expérience via son compte Facebook, et comptons sur lui pour poster vidéos et photos ! Il faut dire qu’avec 16 tours autour de la Terre par 24 heures, il y a de quoi immortaliser quelques couchers de soleil… Je vous invite à faire un tour sur son compte et à fureter dans ses photos, qui montrent les étapes très variées et parfois éprouvantes de sa préparation.

A suivre aussi : son journal de bord sur le site de l’excellente revue Ciel&Espace.

Pour suivre les actualités de l’ISS, c’est ici.

Et pour profiter des images en direct de l’ISS, c’est par là (vous pouvez même écouter les astronautes qui discutent). Il arrive que vous ayez un écran noir, cela signifie soit que l’ISS survole un endroit où il fait nuit, soit qu’il faut attendre quelques secondes que la connexion se rétablisse. 😉 Une bonne façon d’appréhender la géographie à l’échelle de la planète !

international-space-station-67647_1920

Note : le CNES propose des kits d’expérimentation au sol aux écoles qui en font la demande, afin de pouvoir mener trois des expériences en parallèle avec Thomas Pesquet, et de pouvoir en comparer les résultats. Je suis en train de me renseigner pour savoir si en tant que famille IEF, nous pourrions recevoir un de ces kits. Affaire à suivre ! :p